Accueil > Nos missions > Accompagner > Démarches zéro phyto > LES PESTICIDES ET LEURS EFFETS

LES PESTICIDES ET LEURS EFFETS

D’où viennent les pesticides et où les trouvons-nous ?

Les pesticides sont des produits destinés à combattre des organismes considérés comme nuisibles, que ce soit :
- des plantes (herbicides),
- des champignons (fongicides),
- des bactéries (bactéricides),
- des insectes (insecticides) ou d’autres animaux (raticides, taupicides, molluscicides, etc.).
Les pesticides sont parfois confondus avec les produits phytopharmaceutiques (ou produits phytosanitaires), même s’il existe des différences entre les deux notions, ces derniers étant plus spécifiquement dédiés à la protection des plantes.

BILAN EN FRANCE
Avec une consommation de l’ordre de 63 000 tonnes en 2011, la France était le quatrième consommateur mondial de pesticides. L’agriculture est de très loin l’utilisateur principal.
On retrouve des traces de pesticides dans la plupart des milieux aquatiques (eaux de surface ou eaux souterraines).
Les concentrations atteintes peuvent dépasser les normes réglementaires dans 10 à 30 % des cas selon les milieux.
Beaucoup des substances les plus souvent détectées et potentiellement les plus dangereuses du fait de leur faible dégradabilité dans l’environnement sont maintenant interdites..

JPEG - 58 ko

Quelle est l’origine de ces substances ?

Connaître l’origine des substances que l’on retrouve dans l’eau est essentiel si on veut agir efficacement pour en diminuer les concentrations.
Du fait de la très grande prépondérance de l’utilisation agricole des pesticides en France (90% à 98% selon les substances), il semble logique de penser que l’agriculture constitue la source principale de pollution des milieux aquatiques (contamination des nappes souterraines).
Globalement on estime qu’environ 1% des substances épandues finissent par arriver dans le milieu aquatique. Même si ce pourcentage est faible, ces fuites constituent cependant l’une des sources majeures d’apport aux milieux aquatiques du fait de l’importance des surfaces traitées.
Cependant, plusieurs études, menées dans différents pays, montrent que la contribution des zones urbaines et péri-urbaines peut être très significative pour les eaux de surface et peuvent, sur certains cours d’eau, être du même ordre de grandeur que les sources rurales.
La beaucoup plus faible consommation de substances est en effet compensée par des fuites beaucoup plus importantes vers les milieux aquatiques.

En dehors des fuites associées aux épandages qui sont une source de pollution diffuse, on identifie des sources dites ponctuelles :
- les accidents industriels
- la négligence (autre source ponctuelle importante, mais aussi très mal connue) = stockage dans de mauvaises conditions, techniques d’application défectueuses, rejets sans précaution de résidus ou d’excédents, rinçage du pulvérisateur et des bidons, etc. Cette source existe aussi bien en milieu urbain qu’en milieu rural.

JPEG - 179.4 ko
JPEG - 217.2 ko

Quelles sont les effets néfastes possibles des pesticides ?

Sur la santé humaine
Les effets sur la santé humaine ont été démontrés dans le cas de populations exposées professionnellement (agriculteurs en particulier).
Les voies de contamination sont principalement la voie cutanée (au moment de la préparation) et la voie pulmonaire.
Aucun effet direct n’a, pour l’instant, été démontré en ce qui concerne la santé des particuliers en relation avec la consommation de produits alimentaires contenant des traces de pesticides.
Du fait de la plus grande sensibilité des fœtus et des jeunes enfants, il est cependant nécessaire de rester très vigilants.
La qualité de l’eau potable est très bien contrôlée et les quantités totales de pesticides que l’on peut ingérer en buvant de l’eau sont extrêmement faibles et sans danger.

Sur les milieux et l’eau
Les effets de ces substances sur les écosystèmes aquatiques sont avérés.
Il peut s’agir :
- d’effets directs dus à la toxicité chronique des molécules,
- d’effets indirects dus à l’action des pesticides qui modifie l’écosystème (par exemple altération des populations de certains prédateurs, du fait de la diminution des insectes « nuisibles » qui constituent leurs proies).

JPEG - 142.3 ko
JPEG - 361.2 ko
JPEG - 358.2 ko